L’ISA renforce sa gouvernance continue et historique de StandUp Paddle (SUP), tout en réaffirmant son engagement à résoudre le conflit de gouvernance par le biais de la Cour d’arbitrage

A la suite de récents reportages, International Surfing Association (ISA) a présenté aujourd’hui d’autres détails clés pour corriger la désinformation sur la gouvernance de StandUp Paddle ( SUP), y compris les affirmations de la Fédération Internationale de Canoë (ICF) selon lesquelles elles agissent dans l’intérêt supérieur des athlètes.

 Le vice-président de l'ISA, Casper Steinfath, est en route pour remporter la médaille d'or du 200 m Sprint au Championnat du monde SUP et Paddleboard de l'ISA 2017 à domicile au Danemark. Photo: ISA / Ben Reed

Le vice-président de l’ISA, Casper Steinfath, est en route pour remporter la médaille d’or du 200m Sprint au Championnat du monde SUP et Paddleboard de l’ISA 2017 à domicile au Danemark. Photo: ISA / Ben Reed

En même temps, l’ISA a réaffirmé son engagement total à soumettre la question de la gouvernance internationale du SUP devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

Le Président de l’ISA, Fernando Aguerre a publié la déclaration suivante:

« L’ISA a, sans aucun doute, une histoire et une tradition clairement définies pour gouverner StandUp Paddle, qui remonte à 2008, lorsque le sport a été inclus pour la première fois comme une discipline de base dans le Guide ISA. Depuis lors, aucune autre FI n’a géré le SUP à quelque titre que ce soit. Nous estimons que les affirmations de l’ICF à l’effet contraire sont, au mieux, fallacieuses. En fait, l’ICF n’a pas encore organisé de championnat du monde ou même d’événements internationaux de SUP. Ce sont des questions factuelles, historiques et historiques.

« Nous devons également nous interroger sur le véritable engagement de l’ICF dans l’intérêt des athlètes pratiquant le SUP. Contrairement à leurs dénégations, si ce n’était des interventions de l’ICF, le SUP aurait été inclus dans le programme sportif des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2018 à Buenos Aires. Nous avions un excellent plan, un lieu extraordinaire et nous avions eu des discussions avancées avec les organisateurs de Buenos Aires et le département des sports du CIO, mais les objections de l’ICF ont fait perdre tout cet élan.

« Ce faisant, l’ICF a privé les jeunes athlètes du monde entier de l’opportunité d’accéder à la plus grande scène sportive des jeunes au monde et a ainsi fondamentalement empêché le développement du SUP.

« Depuis 2010, l’ISA a fortement investi du temps et des ressources dans StandUp Paddle, tant en termes d’événements que d’éducation. L’ISA a engagé cumulativement plus de 5 millions de dollars dans ce sport, un chiffre qui n’inclut pas le travail effectué au niveau national par les fédérations nationales de l’ISA. Jusqu’en novembre 2016, aucun investissement financier (ou autre) de toute autre FI dans le SUP n’avait eu lieu. « 

« De plus, l’ISA a été l’unique et exclusif organisateur des seuls championnats du monde de SUP depuis 2012, construisant d’année en année un événement qui en 2017 a accueilli 286 athlètes d’un nombre record de 42 pays. Au cours de ces six années, aucune autre FI n’a organisé de championnat du monde SUP. Parallèlement au Championnat du monde, l’ISA a été l’instance dirigeante du SUP pour promouvoir et garantir l’inclusion du SUP aux Jeux panaméricains de 2019 à Lima. Depuis 2012, plusieurs Jeux multisports de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale, organisés par des organisations régionales des Comités Nationaux Olympiques, comprenaient à la fois SUP Surfing et SUP Racing comme sports de médailles sous l’autorité de l’ISA. Encore une fois, il s’agit d’un dossier public incontesté.

« L’ISA sanctionne également officiellement l’Association de Paddlesurf Professionals World Tour, la seule tournée professionnelle mondiale du sport. Fait important, l’APP reconnaît et reconnaît l’ISA en tant que seul organisme directeur mondial pour SUP.

« Comme il est clair, l’ISA est le véritable organe directeur unique de StandUp Paddle, et existe en tant que tel sans interférence ou objection depuis une décennie. C’est une honte, et un préjudice pour tous les acteurs du sport, que cette gouvernance ait été contestée par l’ICF. Assez, c’est suffisant, et nous pensons maintenant qu’il est important de remettre les pendules à l’heure avec des faits vérifiables, quelque chose qui manque complètement aux récents communiqués de presse de l’ICF.

« Contrairement à ce qui a été rapporté récemment par l’ICF, l’ISA a continué à proposer des solutions claires et raisonnables tout au long de la situation actuelle. En novembre 2017, nous avons établi par écrit un cadre juste et constructif pour ICF qui aurait distingué les rôles des deux FI tout en donnant à ICF un champ d’activité bien défini compte tenu de leur nouvel intérêt pour la discipline. Nous avons essentiellement proposé que l’ICF lance son Stand Up Canoe Racing, puisque c’est exactement là où ils ont classé le SUP à leur fin de Congrès 2016, en tant que sous-catégorie de Canoe. Pour l’ICF, les courses de SUP étaient essentiellement un type de canoë. Il était dommage que nos propositions aient été sommairement rejetées par l’ICF, qui a plutôt choisi de saper le processus de médiation. Nous avons toujours cherché à nous engager et à communiquer avec ICF pour obtenir un résultat positif pour SUP – mais ICF semble avoir peu d’intérêt à trouver une solution raisonnable.

« L’ICF n’a pas non plus respecté un processus convenu avec le CIO, refusant notamment d’accepter que la question fondamentale de la gouvernance – une question à laquelle toutes les parties prenantes sont impatientes de répondre – soit soumise à l’arbitrage CAS. Au lieu de cela, l’ICF propose que le seul sujet de discussion à l’arbitrage CAS soit la base juridique de l’exclusivité d’une FI pour régir un sport. L’ISA est prête et désireuse de soumettre cette question au TAS, comme convenu avec le CIO, mais notre pétition adressée aux avocats de l’ICF est maintenant restée sans réponse depuis le 2 mai et . Ces faits n’ont jamais été mentionnés par l’ICF dans aucune de leurs communications liées au SUP.

« En l’absence d’une solution concertée, nous sommes convaincus que l’ICF devrait accepter notre demande d’accès au TAS, afin que nous puissions progresser vers une résolution dans l’intérêt de tous, et surtout des athlètes et des compétiteurs qui prennent partie à travers le monde. En fin de compte, ce sont eux qui souffrent.

« En fin de compte, les faits entourant ce conflit parleront d’eux-mêmes et, nous le croyons, démontreront à la SCS et au Mouvement olympique en général, la véritable histoire de leadership, d’engagement et de développement du SUP de l’ISA. »

Quatre fois champion du monde de SUP et vice-président de l’ISA, Casper Steinfath, a ajouté:

« En tant que compétiteur de Stand Up Paddle au niveau élite de ma vie et ayant représenté le sport en tant qu’athlète mondial, je peux dire sans hésitation que l’ISA a été et reste la seule instance dirigeante du SUP. D’un point de vue personnel, il a été attristant et frustrant de voir une organisation sans histoire ni culture dans le sport défier l’ISA après tout le travail que la fédération a fait pour faire grandir le sport dans le monde.

« En tant que membre du Comité Exécutif et de la Commission des Athlètes de l’ISA, je sais que l’ISA a fait un effort considérable et fait des propositions raisonnables pour trouver une solution, et il est décevant de les voir délibérément ignorer. J’ai bon espoir d’une résolution rapide afin que les athlètes puissent se concentrer une fois de plus sur une voie compétitive claire au niveau international dans le meilleur intérêt de la croissance et du développement du sport dans le monde entier.

« Il est également frustrant et déroutant pour les athlètes de voir l’ICF organiser un soi-disant Championnat du Monde sans histoire ni expérience dans le sport. Autant que je sache et en me basant sur les athlètes d’élite avec lesquels je suis en compétition et que j’interagis quotidiennement, personne ne prend cet événement au sérieux. »

À propos de l’International Surfing Association:
), fondée en 1964, est reconnue par le Comité International Olympique comme l’autorité gouvernante mondiale du surf. L’ISA régit et définit le Surf comme le Shortboard, le Longboard et le Bodyboard, le StandUp Paddle (SUP) et le Surf, le Bodysurf, le Wakesurf et toutes les autres activités de vagues sur tout type de vagues et sur l’eau plate. L’ISA a couronné ses premiers champions du monde masculin et féminin en 1964. Elle a couronné le premier champion du monde de grande vague en 1965; Champion du monde junior en 1980; Champions du monde du Kneeboard en 1982; Champion du monde de Longboard Surf et World Bodyboard Champions en 1988; Champions du monde de tandem surf en 2006; Champions du monde des maîtres en 2007; et World StandUp Paddle (SUP, surf et course) et Paddleboard Champions en 2012.

L’adhésion à l’ISA comprend les organismes nationaux de surf de 104 pays des cinq continents. Son siège social est situé à La Jolla, en Californie. Il est présidé par Fernando Aguerre (Argentine), premier président élu en 1994 à Rio de Janeiro. Les quatre vice-présidents de l’ISA sont Karín Sierralta (PER), Kirsty Coventry (ZIM), Casper Steinfath (DEN) et Barbara Kendall (NZL).